IDA LUPINO Rétrospective

 

 

IDA LUPINO

RÉTROSPECTIVE EN 4 FILMS 

VERSIONS RESTAURÉES 4K

SORTIE LE 1er JUILLET 2020

 

Not Wanted ( Avant de t’aimer)

Etats-Unis, 1949, 1h31

Avec Sally Forrest , Keefe Brasselle , Leo Penn

Une jeune fille est arrêtée suite à un vol de bébé. Dans sa cellule, elle évoque son passé…

« Avec émotion et pudeur, ce film sur une fille-mère sort les rôles féminins de l’habituel romanesque hollywoodien. »

 

NEVER FEAR (Faire face)

Etats-Unis, 1949, 1h21,

Avec Sally Forrest, Keefe Brasselle, Hugh O’Brian

Après un travail acharné, une jeune danseuse touche à la consécration. Brusquement malade et paralysée, elle est forcée de renoncer à son métier…

« Sans mélodrame ni triomphalisme, une charge émotionnelle exceptionnelle. »

 

 

THE HITCH-HIKER (Le Voyage de la peur)

Etats-Unis, 1953, 1h11

Avec Edmond O’Brien ,Frank Lovejoy , William Talman

Un tueur en série se fait prendre en stop par deux amis partis pêcher. Le voyage de l’angoisse commence…

« Après plusieurs films sociaux, Ida Lupino réalise le premier film noir signé par une femme. »

 

The Bigamist ( Bigamie)

Etats-Unis, 1953, 1h23

Avec Joan Fontaine , Ida Lupino,, Edmund Gwenn

Un couple sans enfant demande à adopter. Mais l’enquête préalable met à jour la vie secrète du mari…

« Un des films préférés d’Ida Lupino, d’une étonnante modernité, dans lequel elle joue aux côtés de Joan Fontaine. »

 

Pionnière du cinéma indépendant américain, l’auteure du Voyage de la peur joua d’abord la comédie chez Raoul Walsh, Nicholas Ray, Robert Aldrich ou Fritz Lang, avant de s’imposer en tant que réalisatrice dans un milieu dirigé exclusivement par des hommes. Entre 1949 et 1953, elle réalise six films à fleur de peau sur les pires tabous de l’époque : le viol, l’adultère, la maladie …

Une redécouverte en quatre films de la grande cinéaste indépendante, engagée et féministe, IDA LUPINO, dont l’oeuvre majeure reste encore rare et méconnue, dont The Bigamist et Never fear, inédits au cinéma en France.

Rétrospective en 4 films de la pionnière du cinéma américain indépendant, un hommage à Ida Lupino, l’un des plus beaux secrets cachés de l’histoire du cinéma américain.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.