Menu Close

Rétrospective Dario Argento

Les six visages de la peur

SIX CHEFS – D’OEUVRE DU MAÎTRE DU GIALLO À DÉCOUVRIR DANS DE NOUVELLES RESTAURATIONS 4K ! 

Fascinant réalisateur italien depuis un demi-siècle, Dario Argento est le maître emblématique et incontesté du Giallo, thriller à l’esthétique baroque et expressionniste, où la peur évolue vers le fantastique et l’horreur.

Magicien de la pure sensation, Dario Argento transcende le film de genre en lardant ses oeuvres de références esthétiques, psychanalytiques, érotiques et fétichistes.

Ses fans à travers le monde savent que l’on ne sort pas indemne de la vision de ses oeuvres, embarqués par la singularité de ses images et de sa bande son, hard-rock ou techno-hypnotique s’il le faut, au delà de la frontière entre le réel et le fantastique, projeté dans le surnaturel.

SORTIE NATIONALE LE 12 JUILLET 2023
Affiche Flyer Photos presse

L’OISEAU AU PLUMAGE DE CRISTAL

LE CHAT À NEUF QUEUES

PROFONDO ROSSO ( LES FRISSONS DE L’ANGOISSE)

1970 – Italie – 98 min – Visa : 37143

Avec Tony Musante , Suzy Kendall , Enrico Maria Salerno

Sam Dalmas, un écrivain américain de passage à Rome, assiste à l’agression d’une jeune femme. Déclaré témoin oculaire par la police, Dalmas décide d’effectuer ses propres recherches.

Le premier film de Dario Argento, coup de tonnerre dans le ciel du thriller transalpin et acte de naissance fracassant de l’un des futurs maîtres du cinéma de la peur.

1971 – Italie – 112 MIN – Visa : 37641

Avec James Franciscus, Karl Malden, Catherine Spaak

Le reporter Carlo Giordani et Franco Arno, un ancien journaliste devenu aveugle, enquêtent sur le meurtre d’un membre de l’institut Terzi, spécialisé dans la recherche génétique et les prédispositions chromosomiques à la violence.

Deuxième volet de sa trilogie animale débutée un an plus tôt avec L’oiseau au plumage de cristal, Dario Argento signe avec Le chat à neuf queues une variation réjouissante autour des codes du giallo et fait de la famille et de la filiation, l’origine de tous les maux et des pathologies criminelles.

1975 – Italie – 128 Min – Visa : 47354

Avec David Hemmings, Macha Meril, Daria Nicolodi

Pianiste de jazz américain installé à Turin, Marc Daly assiste un soir au meurtre de Helga Ullman, une célèbre parapsychologue de passage en Italie. Il tente de lui porter secours, mais en vain.

Déclaré témoin oculaire et lui-même victime d’une tentative d’assassinat, il décide de mener l’enquête en compagnie d’une journaliste, tandis que les meurtres se multiplient.

Mise en scène oppressante, scénario labyrinthique, musique lancinante, Dario Argento met nos nerfs à rude épreuve avec ce chef-d’œuvre du thriller horrifique, à la mise en scène baroque, dans la grande tradition du   « giallo » italien.

 

TÉNÈBRES

PHENOMENA

OPÉRA

1982 – Italie – 102 Min – Visa : 56814

Avec Anthony Franciosa, John Saxon, Daria Nicolodi

Un célèbre écrivain, Peter Neal, auteur de romans policiers, est invité à Rome pour faire la promotion de son nouvel opus, Ténèbres. Dès son arrivée, plusieurs personnes sont assassinées selon un schéma comparable à celui des meurtres qui jalonnent son roman.

Dario Argento, alors au sommet de son art, signe un film rageur, désespéré, un chef-d’œuvre brutal et angoissant. Un film de terreur, qui encore aujourd’hui, a peu d’équivalent dans l’histoire du cinéma.

1985 – Italie – 117 Min – Visa : 60170

Avec Jennifer Connelly, Donald Pleasence, Daria Nicolodi

Jennifer Corvino se rend en Suisse afin de poursuivre ses études au sein d’un établissement scolaire privé. Un soir, lors d’une crise de somnambulisme, la jeune fille assiste au meurtre d’une étudiante. Avec l’aide d’un entomologiste infirme, Jennifer va tenter d’identifier le meurtrier.

Dario Argento oriente son film du côté de Lewis Carroll et du conte de fées, où sa frêle héroïne, interprétée par Jennifer Connelly, traverse en somnambule un univers terrifiant peuplé d’humains monstrueux et d’animaux bienveillants.

Italie – 1987 – 1h47

Avec Cristina Marsillach, Ian Charleson, Urbano Bareberini, Daria  Nicolodi

Suite à l’accident de la cantatrice principale, une jeune chanteuse lyrique, Betty, est choisie pour interpréter le rôle de Lady Macbeth dans l’opéra de Verdi, œuvre ayant la réputation de porter malheur. Commence une série de meurtres dans l’entourage de la jeune femme qui se voit poursuivie par un mystérieux fan possessif.

« Inédit au cinéma, le film est sorti à l’époque dans une copie tronquée en VHS en France. Dans Opéra,  l’un des chefs d’œuvres oublié de Dario Argento,  le réalisateur fait preuve d’une incroyable virtuosité dans sa mise en scène et d’un sadisme sans retenue lors des nombreuses scènes de meurtres qui parsèment le film. Ponctué par les envolées lyriques de la musique de Claudio Simonetti (Goblins), photographié par Ronnie Taylor (Gandhi) et scénarisé par Franco Ferini (Il était une fois en Amérique), Opéra est une œuvre maudite et puissante, maltraitée par ses producteurs, qu’il est enfin possible de découvrir au cinéma en version intégrale restaurée, validée par le Maestro. »

Bellissima
L’inondation
Le squelette de Madame Morales
Sans rien savoir d’elle
RÉTROSPECTIVE FILMS ARGENTINS
RETROSPECTIVE NINÓN SEVILLA